Radio Generation

CLIMAT : Désormais une banque ivoirienne s’intéresse au financement des projets climatiques

0

La Banque Nationale d’Investissement (BNI) ne veut pas rester en marge des financements climatiques. Mieux, elle démontre son intérêt de fort belle manière. D’où sa participation active à la session de renforcement des capacités des chefs d’entreprises du secteur privé ivoirien sur la finance climatique et le développement de transfert de technologies climatiques tenue du 28 au 30 mai 2021  à Grand-Bassam, à l’initiative PNCC (programme national de lutte contre les changements climatiques) et le NDC Support programme (NDC-SP) du PNUD, en collaboration avec la confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI).

A cet atelier de formation, la BNI (Banque Nationale d’Investissement)  était représentée par son chef du département genre et développement durable, Guillaume Assy. Il n’en fallait pas plus pour comprendre que désormais une banque ivoirienne s’intéresse au financement des projets climatiques.

« Il était intéressant pour nous de venir à ce séminaire, de renforcer nos capacités, de comprendre un peu tous les guichets de financement qui s’adressent directement à la finance climatique, de comprendre aussi le canevas d’intervention de tous ces guichets de financement, et comprendre aussi les préoccupations de tous les acteurs du secteur privé dans le cadre de tout ce qui est action climatique. Donc c’était intéressant pour nous de participer à cet atelier pour comprendre un peu toutes ces problématiques », a expliqué M. Assy.

Si par le passé, la BNI regardait la question climatique avec moins d’attention, ce ne sera plus le cas désormais, car cette banque citoyenne veut maintenant regarder d’un autre œil les préoccupations du secteur privé. « Avant, on ne comprenait pas véritablement leurs différents besoins. Mais aujourd’hui, on a bien compris comment est-ce qu’il fallait adresser les questions qui se posentAujourd’hui, lorsqu’on a un dossier, on sait qu’au-delà même des critères classiques d’analyse financière, il faut mener une analyse complète pour satisfaire tous les besoins des entreprises qui s’intéressent au financement des actions climatiques», a signifié le banquier.

Il est évident que la quasi-totalité des banques africaines et celles de la Côte d’Ivoire en particulier sont confrontées à l’épineuse question d’accréditation auprès du fonds vert pour le climat et des autres fonds internationaux climatiques. Cependant, la BNI déterminée à manifester son intérêt et son engagement pour le financement des projets climatiques est très avancée sur cette question selon son chef du département genre et développement durable. « La BNI en tant que banque citoyenne, s’est lancée dans le processus d’accréditation au fonds vert pour le climat. Elle a déjà procédé à l’évaluation des certificats par rapport aux normes et standards du fonds vert. Aujourd’hui, nous sommes en train de travailler à corriger tous ces écarts-là pour soumettre maintenant notre dossier à l’accréditation », nous dit Guillaume Assy.

Cet intérêt de la BNI au financement des projets climatiques et surtout les avancées réalisées çà et là  sont prometteurs quant à la possibilité pour les porteurs de projets climatiques de la Côte d’Ivoire d’avoir un guichet de financement à leur portée. Et M. Assy y croit fermement : « Je crois que très bientôt, on va vous donner la bonne information selon laquelle vous avez aussi au niveau national un guichet de financement pour accompagner les promoteurs de projets verts », a-t-il rassuré.

Il convient de rappeler que cette noble initiative de la BNI a été en partie impulsée par la coordination assurée de main de maître par Dr Koné Tiangoua, point focal du fonds vert pour le climat en Côte d’Ivoire. Espérons que d’autres banques ivoiriennes emboitent le pas à la BNI pour plus d’efficacité dans l’action climatique en Côte d’Ivoire.

Source : Afriquegreenside.com

Share.

About Author

Leave A Reply